MACWIN, créateur, designer et référencement de sites internet

Humidité,

Remontées capillaires, murs humides, infiltrations, fuites,
inondations, condensations, moisissures, salpêtres, champignons ?
Symptômes, signes, causes et conséquences...

HUMIDEXPERT Condensation et moisissure, premiers signes d'humidité

Condensations
Moisissures

Condensations et moisissures sont les premiers signes de l'évidente présence d'humidité dans votre habitation. Elles peuvent poser de graves problèmes si leurs présences persistent...

HUMIDEXPERT Fuites et infiltrations, ne laissez pas l'humidité vous envahir

Fuites
Infiltrations

Fuites, infiltrations, inondations, ne laissez pas l'eau envahir votre habitation, dégrader vos revêtements, affaiblir la résistance de vos matériaux... comprendre les risques...


HUMIDEXPERT Remontées capillaires, un problème sérieux qui menace votre santé

Remontées
capillaires

On parle de remontées capillaires lorsqu’il y a une infiltration d'eau provenant du sol dans les murs. Ce phénomène est souvent enregistré sur des bâtiments anciens, datant de la période d’avant 1960...

HUMIDEXPERT Présense de champignons xylophages

Mérules
Champignons

La mérule (champignon lignivore) comme le salpêtre présente un risque structurel important pour votre habitation et un danger réel pour votre santé.
Se frayant un passage dans les moindres fissures...

Condensations, Moisissures

Les premiers signes qui révèlent un problème.

HUMIDEXPERT Condensation résultant d'un problème de ventilation

Condensations

La condensation est le phénomène physique de changement d'état de la matière d'un état gazeux à un état condensé. Le passage de l'état gazeux à l'état liquide est aussi appelé liquéfaction.
La condensation dans une maison peut être le signe de problèmes d’humidité.

Quels sont les risques liés à la présence de condensation ?

La condensation va engendrer
- le développement de moisissures, champignons et acariens, qui profitent d’un climat idéal (eau + chaleur) pour se développer.  
- l’apparition de mauvaises odeurs.
- des risques pour la santé : gênes respiratoires, irritations du nez et de la gorge, douleurs thoraciques, voire des pathologies plus graves...

Quels sont les risques techniques pour votre habitation ?

Bien qu'il suffise bien souvent d'un simple coup de chiffon pour supprimer l'excédant d'eau, la condensation, si elle s'installe, peut engendrer un risque technique sur les matériaux et revêtements.
Dégradation des matériaux et des revêtements (peintures, plâtre, papier peint, boiseries...) ainsi qu'une diminution des performances techniques des matériaux nécessitant parfois leur dépose et leur remplacement.

Pour un mur ou une cloison de plâtre, par exemple, il sera nécessaire de déposer la totalité de la cloison, d'assainir le pied et de reconstruire le mur ou la cloison dans son intégralité ce qui représente un coût qui peut dans certains cas être non négligeable.

HUMIDEXPERT Moisissure et trace d'humidité dégradant les murs et les parois

Moisissures

Des petites traces noirâtres sur les murs ?
Pas de doute, vous êtes en présence de moisissures.
Les moisissures se retrouvent souvent autour des fenêtres, sur les parois près des éviers, lavabos, douches, baignoires, et dans les espaces en dessous (à la liaison murs - plafonds, dans les angles de murs, derrière les meubles amovibles) mais également dans les placards et dans les zones de stockage.

L’humidité, les défauts liés à l'isolation et le manque de ventilation ou d’aération favorisent l'apparition de taches brunes et de moisissures.
Il convient bien souvent d'aérer et de bien ventiler votre habitation pour remédier au problème.

Cependant la présence de moisissures peut aussi être due à une cause plus sérieuse : une fuite, un ruissellement d'eau dans le mur qui s'accumule ou à des soucis d'humidité ascensionnelle.
Lorsque les taches de moisissures reviennent régulièrement, il est alors nécessaire d'effectuer un diagnostic en prenant contact avec nous. Nous dresserons un diagnostic minutieux en mesurant le niveau d’humidité, en définissant sa source et nous vous proposerons le traitement adéquat.
Le diagnostic est nécessaire afin de rechercher la véritable cause du problème d’humidité de manière approfondie.

Sachez qu’il existe de nombreux types de moisissures, notamment les moisissures noires qui sont les plus courantes dans les habitations. Ces moisissures sont une espèce toxique qui peut causer des problèmes de santé. Si vous souffrez de nausées et d’irritations des voies respiratoires, alors le problème est sérieux et nécessite d’agir au plus vite. 

Fuites et infiltrations

HUMIDEXPERT Les fuites d'eau peuvent endommager vos revêtements et matériaux

Fuites

Si vous observez une tache d’humidité très localisée en plein milieu d’un mur intérieur, vous êtes sans doute victime d'une fuite.
Il y a peut-être une canalisation défectueuse derrière.
En effet, des fissures, des ruptures, des raccords défectueux comme d'autres problèmes techniques sont souvent à l'origine des dégâts occasionnés.
Les gaines sont souvent le lieu d’infiltrations provenant de canalisations d’eau, de vannes, d’eaux usées, d’eaux pluviales...

Une tache d’humidité jaunâtre, verte ou brune avec des contours très marqués indique qu’il y a eu beaucoup d’eau à cet endroit.

Si vous observez ce genre de tache sur un mur ou un plafond, vous êtes sans aucun doute confronté à une fuite accidentelle.
Une tache provoquée par l’humidité ambiante se développe plus lentement et discrètement.
Le matériau placé devant une canalisation se déforme, se gondole, la peinture s’effrite, de l’eau coule le long de vos murs.

Même si les conséquences sont visibles, les fuites restent particulièrement difficiles à localiser et il est urgent d'intervenir.

Outre les dégâts très importants qu'elles peuvent engendrer, votre intérieur devient difficile à chauffer, cela représente un gaspillage d'argent et une surconsommation d'eau qu'il est impératif de stopper.
De plus le taux d'humidité de votre habitation augmente ce qui favorise un inconfort, des gênes respiratoires, l'apparition de pathologies plus sérieuses et le développement de bactéries, moisissures...

HUMIDEXPERT Les infiltrations résultent souvent de fissures provenant du bâti

Infiltrations

On parle d'infiltration lorsque l'eau de pluie pénètre dans les parois ou par le toit pour imbiber les murs et les cloisons intérieures de votre habitation.
Les dégâts occasionnés par des infiltrations peuvent être importants et parfois graves pour votre maison et votre santé.

Les infiltrations d'eau avec l'humidité ascensionnelle, la pression hydrostatique, une mauvaise ventilation, constituent l'une des sources principales d'humidité à l'intérieur des habitations.

Elles peuvent être dues à des causes accidentelles :  
- des fissures dans les murs
- de fuites de canalisations
- des gouttières bouchées
- des problèmes d'étanchéité (toit, murs, menuiseries, huisseries...)
- des problèmes de joints poreux ou vieillissants
- de porosité des matériaux de construction où l'humidité pénètre partout
- des différences de niveaux entre le sol extérieur plus élevé et les caves ou sous-sols, plus bas : on parle alors d'infiltrations latérales.

Certains signes doivent vous alerter, des auréoles brunâtres sur les murs, un plafond humide, une peinture qui s'écaille avec un dépôt blanchâtre.

Même si celles-ci peuvent être dangereuses pour le bâti, elles peuvent principalement être néfastes pour votre santé, tout comme celle de votre entourage.
Elles peuvent être sources de moisissures, de bactéries ou encore de dégradations, de pourrissement des bois de structure.

Cependant dans chaque cas, un diagnostic reste nécessaire afin d'identifier très exactement les causes de votre infiltration.

Remontées capillaires

Aussi appelées "humidité ascensionnelle"

Suis-je concerné par un phénomène de remontées capillaires ?

Si votre bien a été construit avant 1960, il y a de grandes chances que ce soit le cas !

Avant l'apparition des matériaux de construction industriels, les bâtiments n'avaient pas de barrière d'humidité en pied de murs. Les murs anciens en moellons ou en pierre calcaire ont donc un risque de remontées capillaires.

Qu'est-ce que les remontées capillaires ? 

Lorsqu’on parle de remontées capillaires ou plus exactement de remontées d’humidité par capillarité, on parle bien du phénomène physique d’humidité ascensionnelle.

L’humidité du sol remonte dans les murs enterrés qui l’aspire, jusqu’à 1 mètre à 1 mètre 50, mais parfois selon la composition des parois, l’humidité peut remonter encore plus haut.

« Un peu comme un sucre que vous trempez dans votre café ! »

Pour comprendre : le phénomène en détails !

Les sols sur lesquels nous construisons nos habitations sont plus ou moins humides quelle que soit leur nature. Notre région, la Gironde est fortement touchée par les problèmes d'humidité ou non dits naturels (typologie des sols, précipitations importantes, zones inondables nombreuses...).

Le parc immobilier est principalement constitué de constructions anciennes (dont la construction est antérieure à 1960) en maçonnerie massive dépourvues de vide sanitaire, directement en contact avec le sol et dont les matériaux présentent une certaine porosité.

L'absence de barrière d’étanchéité (membranes d'étanchéité anticapillaire) ou d'arase en pied de murs ne permet pas "de stopper" l'humidité du sol. De nos jours, les constructeurs ont bien compris l'importance de concevoir et de réaliser des habitations confortables répondant à de nombreuses performances énergétiques, constituées d'une barrière étanche afin d'éviter le phénomène d'humidité ascensionnelle. Il se peut néanmoins que le problème subsiste, dans le cas de constructions récentes, lorsque cette membrane est mal positionnée, endommagée ou encore mal pontée. 

Cet excès peut être dû à un mauvais drainage du sol : concentration d'eau en pied de mur à cause d'une imperméabilisation des sols (Enrobés, bitume, terrasse maçonnée ou trottoirs) ou eau de ruissellement excessive. L'absence de gouttière ou toute autre mauvaise gestion de l'eau de pluie peut aussi être en cause.

Un phénomène physique complexe : 

L’eau présente dans les sols (nappes phréatiques, sources, cours d'eau souterrains) est en mouvement, chargée de sels minéraux et possède des propriétés électrochimiques. Dans les zones où il y a une présence d’eau souterraine, on constate en surface des anomalies de champ magnétique,  mesurables dans des fréquences basses, très hautes, ultra-hautes jusqu’aux micro-ondes. Ainsi, quand l’eau se déplace, ce mouvement crée un courant électrique et un champ électromagnétique : l’air est chargé électriquement ainsi que le sol.

Les murs de construction, traversés par ce champ, se chargent à leur tour, une force électromotrice apparaît : l'humidité et les sels présents dans le sol et sous-sol remontent, s'infiltrent par les fondations ou les murs enterrés malgré la pesanteur.

Les murs humides en partie basse agissent alors comme une véritable pompe aspirant les molécules d’eau, jusqu’à la limite d’humidité (frange d’évaporation). On voit alors apparaître des traces, plus ou moins hautes, selon la nature des sols et des matériaux de construction.

HUMIDEXPERT - Signe intérieur d'humidité ascensionnelle

Comment reconnaître l'humidité ascensionnelle ?

Quand un bâtiment a été construit avant les années 1960 et qu'il ne dispose pas d'une rupture de capillarité en pied de mur, cette humidité se manifeste en bas du mur (jusqu'à environ 1 m à 1 m 50 du sol et même quelquefois davantage encore) par des traces, des auréoles, des cloques, des efflorescences de sels (comme le salpêtre), l’apparition de moisissures voire de champignons. 

Quels sont les signes visibles de la présence de l’humidité ascensionnelle ?

Selon la nature de votre habitation, vous pouvez constater quelques signes intérieurs et extérieurs.

À l’intérieur en partie basse : efflorescences de sels (apparition de salpêtre), de petits champignons, moisissure, papier peint qui se décolle, revêtements de sol qui pourrissent, plâtres et enduits qui s’effritent…

À l’extérieur : crépis et enduits dégradés, auréoles, cloques, délitement des pierres

Quand l'humidité ascensionnelle pose-t-elle un problème ?

Il n'y a aucun problème tant que cette humidité ascensionnelle est limitée et que l'équilibre du mur n'est pas perturbé. Les matériaux anciens sont à même de composer avec une petite quantité d'humidité, car ils sont perméables à la vapeur d'eau, à condition de ne pas être recouverts d'un enduit étanche. Certains disent que les murs « respirent », mais on parle bien d'eau ou de vapeur d'eau ici et non pas d'air !

En revanche, un excès d'eau peut nuire au confort, à la santé des occupants et à la pérennité de la construction ! Outre le fait que l’air humide est très difficile à chauffer, cela représente une perte financière réelle. Votre habitation peut rapidement devenir insalubre et la fragilité de la structure peut entrainer de très sérieuses dégradations, pouvant représenter un réel danger.

La présence d’un champ magnétique, la trop grande concentration d’humidité dans l’air, l’apparition de salpêtre, de champignons, de moisissures dans votre habitation sont des risques sanitaires importants qui peuvent engendrer des pathologies parfois sérieuses, voire graves.

Comment traiter l'humidité ascensionnelle ?

Il s'agit avant tout d'éviter l'accumulation d'eau à la base des murs. Nous proposons une solution à la mesure du phénomène constaté et de la cause réellement identifiée lorsque nous effectuons un diagnostic poussé et exhaustif.

Quelques conseils pour éviter l’apparition de dégâts causés par l’humidité ascensionnelle.

Conseil 1 : Gérer les eaux de pluie de toiture

La mise en place, puis l'entretien des gouttières et des descentes d'eaux pluviales permet de rejeter loin des murs, l'eau de pluie recueillie par la toiture. 

Conseil 2 : Drainer le sol

Le drain accélère la collecte des eaux pluviales. C'est le dispositif le plus efficace pour collecter les eaux de pluie en pied de parois, pour éviter qu’elle ne stagne en pied de mur. Ce drain peut être extérieur (en périphérie de la maison) ou intérieur (réfection complète du sol), voire les deux. Il doit être aussi profond que possible, en faisant toutefois attention à la stabilité du mur : faites au préalable des sondages pour repérer la profondeur des fondations. La pente du drain doit être d'environ 1 cm par mètre.

Conseil 3 : Éviter la végétation à proximité des façades

Une végétation trop proche d'un mur ou qui colle à la façade limite l'évaporation de l'humidité ascensionnelle, notamment du fait de la diminution de l'ensoleillement de la façade.

Conseil 4 : Proscrire les enduits étanches à la vapeur d'eau

Si le mur est revêtu d'un enduit extérieur étanche à la vapeur d'eau qui empêche les remontées capillaires de s'évaporer, il faut le déposer (faire enlever).

Remèdes et traitements divers : barrière et ou contre-champ électromagnétique, autres systèmes actifs

Certains proposent des méthodes plus « actives » de régulation de l'humidité dans les murs, comme par exemple les barrières étanches par injections chimiques ou l'inversion de la polarité électrique du mur par électro-osmose inverse ou électroaimant. La fiabilité et la réussite de ces systèmes restent très variables. De plus, il est toujours préférable d'intervenir sur les causes, en amont. N'envisagez donc ces techniques qu'en dernier recours et après une étude sérieuse et impartiale.


Mérule et champignons

Une menace invisible et dévastratrice.

HUMIDEXPERT La mérule un champignons qui menace la structure de votre habitation

Mérules

La lèpre du bâtiment, la mérule (aussi appelée serpula lacrymans) est sans nul doute le champignon le plus nocif et dévastateur pour votre habitation.
Elle se développe dans un environnement humide, sombre, mal ventilé, dont la teneur en eau du matériau se situe environ entre 20 et 30% d'humidité et où la température ambiante se situe entre 20 et 26°.

La mérule attaque tous les types de bois et plus particulièrement les bois tendres, à part quelques essences tropicales (iroko, douka, makoré, doussié), si les essences de bois sont peintes, vous verrez apparaître des boursouflures et des craquelures.
Les parquets et plinthes se gondoleront et vous sentirez une forte odeur de champignon.

Sa prolifération est très rapide, elle s’attaque à la boiserie qui se fragilise, pourrit, augmentant la fragilité des supports et de la structure du bâti (planchers, bâtis, charpentes, poutres...) qui peuvent céder et se briser.
Cependant sa dangerosité réside également dans le fait qu'elle se propage en passant à travers les joints des murs, béton, ciment et des plinthes, elle provoque donc de nombreux dégâts avant même d'être visible.
Elle représente un risque sanitaire important car elle se plait à entourer les fils électriques et peut entraîner de graves pathologies respiratoires.
Votre maison contaminée est alors impropre à l'habitation et nécessite une lourde intervention car il sera nécessaire de faire disparaître toutes traces de spores résiduelles au risque de déclencher une nouvelle contamination.

HUMIDEXPERT Le coniophore des caves ou champignons des caves

Coniophores des caves

Dénommé l'affreux cousin de la mérule, le coniophore des caves (ou champignon des caves) ressemble beaucoup et peut être confondu avec la Mérule pleureuse. Il s'attaque aux essences de bois feuillus et résineux quel que soit le type de votre habitation.

Moins redoutable, le coniophora puteana est néanmoins dévastateur et peut causer des dégâts considérables.

Il se développe dans l'obscurité et les pièces humides, souvent dû à une fuite d'eau, il a néanmoins besoin d'une teneur en eau importante de 40% d'humidité dans le matériau. Il peut se développer par fructification et diffuser ses spores.

A la différence de la mérule, il ne peut pas transporter d’eau par ses filaments mycéliens de couleur brun foncé, jusqu’à noir. C'est un champignon lignivore c'est à dire qu'il se nourrit de la lignine du bois entrainant ainsi la perte de résistance mécanique.

Enfin la présence de champignons dans les bois de charpente favorise l’apparition d’insectes xylophages comme la petite et la grosse vrillette, le capricorne des maisons, le lyctus.

Notre volonté ?

Vous permettre de vivre chaque jour dans un cadre de vie
sain et confortable

HUMIDEXPERT - Allergies, difficultés respiratoires, asthme et si c'était dû à l'humidité

L'humidité : un impact sanitaire bien réel  

La présence d'humidité, de condensation, de moisissures, de champignons peut engendrer des gênes, des difficultés et pathologies respiratoires graves voire sévères. Les enfants, les adolescents ou les personnes âgées sont des publics sensibles qui peuvent contracter des infections respiratoires telles que des allergies, de l'asthme, des rhinites chroniques... Le manque de ventilation associé à un problème d'humidité présent dans votre habitation sont des vecteurs de développement de substances allergènes (déjections d'acariens, poussières résultant de la dégradation des matériaux de construction), de mycotoxines et de spore de moisissures, de pollution intérieure. Dans la grande majorité des cas, une bonne ventilation suffit à résoudre ces gênes occasionnelles. Cependant, lorsque ces dérangements et signes se répètent, il est alors temps d'agir afin de déterminer la solution la plus adaptée, après avoir effectué un diagnostic exhaustif de votre environnement.

© Copyright 2019-2020 HUMIDEXPERT un site réalisé par © MACWIN